Le projet

La TransBelgica est la traversée de la Belgique en packraft et à pied.

 

Le packraft est un kayak innovant gonflable de 3 kilos.

Muni de sa pagaie démontable, il se transporte aisément dans un sac à dos.

Nous avons choisi la marche à pied pour découvrir les sentiers de nos campagnes et le packraft pour descendre nos belles rivières.

Nous naviguerons 300 km sur 6 rivières du sud du pays que nous relierons en marchant 100 km avec notre matériel sur le dos.

Nous serons en totale autonomie pendant 9 jours.

Pourquoi traverser la Belgique?

L'aventure est au fond de notre jardin.

Il ne faut pas aller au bout de la planète pour vivre des moments exceptionnels au sein d'une nature généreuse à portée de tous.

L'équipe

 

Luc Van Ouytsel

Team Leader

Leader de nombreuses expéditions en raft et en packraft à travers le monde.

Agronome de formation, il a toujours été attiré par la nature généreuse des grands espaces.

Cet amoureux des rivières et des sports qui y sont associés aime partager ses passions.

Père de 2 enfants, il habite au cœur de la Famenne, à proximité des rivières ardennaises sur lesquelles il adore s’évader.

Rudy Aoust

Tout petit déjà il rêvait d’aventure et faisait voyager son ours en peluche dans ses jeux d’enfant. Le grand gamin qu’il est devenu, réalise aujourd’hui ses désirs de découvertes.

 

Adepte de trails, de triathlons, il n’hésite pas à gravir des montagnes ou à descendre des rivières en furie.

Les voyages ouvrent l’esprit et c’est ainsi qu’on se rend compte que l’aventure commence chez soi.

Bertrand Dawagne

Attiré depuis toujours par les défis sportifs en tout genre et amoureux de nos vertes vallées, il est aussi passionné par la découverte de nouveaux horizons et les rencontres qui en découlent. 

 

Adepte du trek en autonomie et du canyoning, il sait que la sauvegarde et la valorisation du patrimoine naturel exceptionnel qui nous entoure passent aussi par son exploration hors des sentiers battus.

 

Geoffrey Angiolini

Petit dernier arrivé dans l'équipe, il se chargera du volet logistique de l'expédition.

 

Passionné de grands espaces, de trekking, de vtt et de tout ce qui touche au sport.

 

Il aime les randonnées lointaines mais nos belles contrées sont également pleines de magie.

Notre patrimoine naturel est un joyau pour notre pays. 

 

Il a naturellement accroché à ce projet et souhaitait apporter sa petite contribution aux valeureux navigateurs.

Préparatifs

JOURNAL DE BORD

Samedi 13 janvier

Navigation sur l'Aisne, un affluent de L'Ourthe. Cette descente nous a permis de tester nos packrafts et une partie de notre matériel.

Le compte à rebours s'est enclenché. L'équipe est prête à relever le défi.

Dimanche 18 février

Toute l'équipe est réunie pour une après-midi de tests "grandeur nature" avec notre matériel.

Navigation sur l'Ourthe depuis Noiseux jusque Durbuy. Le niveau d'eau est suffisant mais celui-ci descend.

Comme les canards, nous espérons la pluie avant notre départ.

Le compte à rebours s'est enclenché... J-20

La motivation monte.

Samedi 24 février

J-14. Nous avons choisi de descendre la Semois ce samedi 24 février. Départ de Bouillon au pied de son célèbre chateau féodal. 20 km de descente jusqu'au village de Frahan en passanr pour le tombeau du Géant à Botassart.

Il ne gèle pas mais le vent nous donne une sensation de froid piquant.

Bien équipés, nous avançons au gré du courant. Le débit n'est pas très puissant ni rapide.

Les inondations des fêtes de fin d'année sont déjà de l'histoire ancienne.

La rivière a retrouvé un débit normal de saison.

Nous testons une dernière fois notre matériel.

Le compte à rebours s'est enclenché.

 

Samedi 03 mars

J-7. Un magnifique manteau neigeux nous a accueilli pour ce dernier test "grandeur nature" de notre matos.

Nous venons de recevoir nos nouveaux kokopelli packrafts.

Nous les testons sur une Ourthe en pleine débâcle et charriant des amas de sorbet emportés par un courant froid. Notre ami, Eric Bomal, en profite pour prendre quelques clichés depuis la berge et avec son drone.

Ces packrafts sont une révélation: stable, confortable au niveau de l'assise et réactif aux coups de pagaie.

Seul bémol, son poids augmenté de 1 kg par rapport aux modèles MRS.

Dans une semaine, nous serons dans le bain.

Le compte à rebours s'est enclenché.

Mardi 13 mars

J-4. Nous avons bouclé les 128 km de La Semois entre Tintigny et Alle-sur-Semois en 22 heures.

Nous avons débarqué à Alle-sur-Semois pour rejoindre le village de Daverdisse sur La Lesse.

28 km séparent ces deux rivières.

Le temps n'est pas trop au beau fixe mais nous avons le moral.

Les nuits sont humides et difficiles. Nous n'arrivons pas à nous sécher. Nos sacs de couchage et nos effets personnels sont mouillés. Difficile de dormir dans cette humidité.

Le climat belge n'est pas tendre.

Programme de la journée: descente de La Lesse sur 11 km et une vingtaine de km en rando vers la vallée de L'Ourthe.

Nous devrions être à Ortheuville demain vers 13h00 où nous rejoindrons le champion du monde de kayak, Maxime Richard.

Mercredi 14 mars

J5. Après les 11 km sur La Haute Lesse, nous débarquons à Chanly pour avancer sur nos 38 km de rando qui nous séparent de Ortheuville où nous embarquerons sur L'Ourthe.

Après 18 km de rando sous la pluie, nous nous arrêtons au fourneau Saint Michel où nous trouvons un toit pour nous abriter la nuit.

La nuit sera bonne, à l'abri de l'humidité.

Nous repartons vers la Grande forêt de Saint Hubert que nous traverserons pour rejoindre le village de Laneuville au Bois. 7 km nous séparent de Berguême où se trouve l'embarcadère de la haute Ourthe.

Maxime Richard, notre champion du monde de kayak, nous y attend pour nous accompagner jusqu'au lac de Nisramont.

Nous y accueillons Maxime Alexandre du blog Trekking et Voyage, pour quelques coups de pagaie sur le magnifique lac de Nisramont.

Un membre de l'équipe est malade, nous prenons la décision de nous arrêter une nuit en chambre d'hôte dans le village de Nadrin pour recharger nos batteries pour notre dernière ligne droite.

Jeudi 15 mars

J6. Rudy jette l'éponge pour la journée. Son état de santé ne lui permet pas de continuer. La mort dans l'âme, il décide de rentrer chez lui pour se soigner et essayer de se réhydrater. Bert et Luc décident de continuer l'aventure.

Nous quittons Rudy au pied du barrage de Nisramont. Mathieu Chable, un kayakiste - packrafteur de la région nous accompagne jusque Hotton.

42 km en packraft nous attendent. Nous sommes agréablement surpris par la vitesse du courant. 

Celui-ci nous permet de maintenir une vitesse moyenne de plus de 9km/h.

Nous passons La Roche-en-Ardenne sans trop s'y attarder.

Nous arrivons à Hotton après 05h30 de navigation.

Un comité d'accueil nous y attend sous le kiosque au bord du cours d'eau.

Nous nous y changeons pour se mettre à l'abri d'un léger crachin.

Sac à dos sur le dos, nous repartons vers Barvaux-sur-Ourthe où nous logeons en B&B.

En soirée, nous recevons une excellente nouvelle, Rudy sera à nouveau de l'aventure.

Son état s'est amélioré. Le quatuor se reforme.

Samedi 17 mars

J8. Dernière ligne droite. Nous embarquons dans nos kokopelli au centre de la ville d'Aywaille.

L'Amblève nous transportera jusqu'au confluent avec L'Ourthe à Comblain au Pont.

Après une bonne heure de navigation, nous retrouvons L'Ourthe.

Liège est à une vingtaine de km. Nous filons à la rencontre de La Meuse.

Nous passons les barrages de Tilff et de Angleur.

Le Cercle Nautique de Liège est au bout de notre dernière ligne droite.

Un vent fort et froid nous contre et nous ralentit. Nous puisons dans nos dernières forces pour franchir, vers 15h15, la ligne d'arrivée.

Nous avons la banane.

Cela y est, nous l'avons fait!

La première traversée de la Belgique en navigant sur 5 belles rivières wallonnes et en les reliant à pied.

L'Aventure continue.